Résistance jusqu'au retrait de la loi Sarkozy/Woerth/Fillon sur la retraite

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 9 décembre 2013

Un appel à signer et à faire circuler dans l'Hérault :-)

Appel Héraultais pour un troisième pilier du Front de Gauche


Comptez avec ma voix...


 



Signer la pétition   -   Voir les signataires


 



Depuis plusieurs mois, dans l'Hérault, comme au plan national, des réunions ont montré la détermination d'organisations déjà membres du Front de Gauche et de citoyen-ne-s, issu-e-s du mouvement social, associatif ou syndical, à converger pour créer un nouveau courant politique dans le Front de Gauche aux côtés du PCF et du PG.

Ce nouveau courant a pris pour nom ENSEMBLE (mouvement pour une alternative de Gauche, écologique et solidaire). Il constituera le troisième pilier du Front de Gauche et aura une orientation clairement écologique, sociale, en rupture avec le capitalisme.

Un de ses objectifs est de peser dans le Front de Gauche pour en élargir la base et dépasser son fonctionnement de type cartel de partis politiques, notamment en travaillant pour que le Front de Gauche s'ouvre aux adhésions individuelles.

Il souhaite rassembler la diversité de nos expériences pour aboutir à une organisation commune et constituer une force, qui se dotera d'un fonctionnement où la voix de chaque individu compte, où la voix des comités locaux est associée à toutes les décisions et où seront recherchés les plus larges consensus.

Cette nouvelle force devra porter ses propres propositions construites démocratiquement en son sein à tous les niveaux.

Elle incarnera une vision ouverte du Front de Gauche, ses choix politiques seront en cohérence avec cette vision et ses propositions permettront de dépasser le rôle trop exclusif des partis politiques dans la détermination des orientations.

Elle rendra la parole à tous ceux, ils sont nombreux, qui désirent prendre part à la lutte contre la politique antisociale du gouvernement au service de la finance et à la réflexion permettant de définir la politique audacieuse que devra proposer, à l'avenir, le Front de Gauche en approfondissant son programme "l'humain d'abord".

Dans l'Hérault, plusieurs comités s'organisent déjà (sur Montpellier et son agglomération, Béziers, le centre Hérault et les hauts cantons du département).
Chacun espère que la mise en place de ce troisième pilier du Front de gauche créera une nouvelle dynamique capable de convaincre celles et ceux qui aujourd'hui hésitent encore à s'engager.

Je veux en être!

Tel est le sens de ma signature de cet appel.

Je souhaite être informé-e au sujet de la construction de cette nouvelle composante du Front de Gauche afin de pouvoir y participer.

******************
Premières et premiers signataires


Annie Aspa (Association citoyenne FdG, Poussan); Céline Assier (Montpellier), Suzie Berjoan (restauratrice, ex infirmière au CHU de Montpellier, Le Caylar); Philippe Cherpentier (Les Alternatifs, Paulhan); Jacques Choukroun (Fase, historien, Montpellier); Joël Delot (Prades-le-Lez); Véronique Diaz (Les Alternatifs, Montagnac); Hélène Fargier (Fase, Sauvian); Pierre Frutos (Association citoyenne FdG, Poussan); Nicole Klémentik (Communistes Unitaires, Fase, Sauvian); Annie Lalaurie (Enseignante, Montbazin); Ginette Lespine (Psy, Montpellier); Anne-Rose Le Van (FASE, Conseillère municipale, Montpellier); Xavier Marchand (Prof, syndiqué CGT, GA, Mèze); François Muselet (Fase, Sauvian); Laurence Pilloy (GA, Montpellier); Didier Ribo (Syndiqué CGT, éducateur,GA, Béziers); Robert Rivière (retraité, militant syndical et associatif, Pézenas); Marilyse Valat (Montpellier) Francis Viguié (GA, Montpellier)

******************

Plus d'informations sur le pilier rouge et vert du Front de Gauche



******************

 


Signer la pétition - Voir les signataires


pétition réalisée avec le logiciel libre phpPetitions

dimanche 21 octobre 2012

Pour des adhésions directes au Front de Gauche

Front de Gauche : Front du Peuple !


N’attendons pas les consignes : face à la crise, il faut des adhésions directes !


 



Signer la pétition   -   Voir les signataires


 

uniteurneluttes.jpg


Dérive de la mondialisation, crise du capitalisme… Les urgences écologiques, sociales et démocratiques se multiplient… Partout, les acquis sociaux sont menacés : éducation, santé, justice… Et les peuples doivent payer…

Pourquoi accepter les politiques de rigueur qu’imposent les gouvernements de droite dure ou de gauche molle au prétexte de l’endettement des Etats? Ce qui arrive aujourd’hui en Grèce, en Italie, en Espagne… arrivera en France demain. C’est la logique libérale extrême, menaçant l’équilibre de la planète, que plus personne ne semble pouvoir contrôler… Sociaux-démocrates et libéraux imposeront partout l’austérité: nous continuerons à payer pour les banques, à subir les diktats de la Finance…

Dans notre pays, il est temps, maintenant, de transformer la force la mieux placée pour remettre en question le bipartisme et disputer, à gauche, l’hégémonie du Parti Socialiste !

Lors des dernières élections, en France, le Front de Gauche a mobilisé des millions d’électeurs autour du programme « l’humain d’abord »… imposer un audit citoyen de la dette publique, une planification écologique, revenir sur le partage des richesses, stopper le grignotage de nos acquis sociaux… il a prouvé qu’il pouvait tenir une place au cœur de l’avenir de notre pays, dans les luttes et dans les urnes…

Mais le Front de Gauche doit encore franchir une étape cruciale pour devenir le creuset unitaire incontournable de la gauche radicale et écologiste.

S’il a déjà regroupé beaucoup d’organisations politiques, il passe encore trop souvent pour un cartel de partis liés par une logique électorale. Or notre démocratie représentative est elle aussi dans une grave crise institutionnelle…
Afin d’achever son déploiement et son implantation irréversible dans les couches populaires, le Front de Gauche doit maintenant accepter que celles et ceux qui le rejoignent ne soient pas systématiquement membres des organisations qui le composent.

Le Front de Gauche doit proposer rapidement le principe des adhésions individuelles et directes à sa démarche pour que la voix de chacun soit prise en compte : un humain, une voix !

Dans ce but, un processus de discussion peut s’entamer rapidement entre les Assemblées Citoyennes locales du Front de Gauche et les organisations qui y participent.

Pour chacun: militants de la première heure, compagnons depuis sa création; femmes et hommes de bonne volonté, syndicalistes, membres d’associations, de mouvements divers… celles et ceux qui ont depuis toujours le cœur à gauche, le moment est venu de porter cette volonté, de favoriser cette irruption citoyenne dans le Front de Gauche…

Pourquoi devoir choisir une organisation lorsque il s’agit d’œuvrer pour un but commun ?
L’union fait la force. Opinions, origines, organisations et familles seront toutes respectées.

Continuons et accélérons le travail déjà accompli, dans un respect mutuel. Renforçons ou inventons partout les Assemblées Citoyennes. Montrons que nous sommes capables de bâtir une nouvelle force rouge et verte, un front permanent, où chacun pourra participer à la création d'un monde à visage humain et résister au capitalisme financier!!!

Ce Front de Gauche, transformé en Front du Peuple saura saisir toutes les mains. Il représentera, enfin, les vraies idées, les vraies valeurs de gauche. Il pourra devenir un modèle de gouvernement.

Aujourd’hui plus qu’hier, cela dépend de nous toutes et tous.

Si vous souscrivez à cet appel, signez-le, diffusez-le, rejoignez les Assemblée Citoyennes de Front de Gauche, inventez-les là où elles n’ont pas encore vu le jour. Et prenons ensemble le pouvoir !

lundi 2 janvier 2012

Appel du 20 juin 2011 Assemblée Constituante, maintenant!


Appel du 20 juin 2011


Assemblée Constituante, maintenant!


 



Signer la pétition   -   Voir les signataires


 


Assez !
Assez des confiscations de la démocratie !
Non et non aux diktats des agences de notations qui veulent voir les peuples payer pour la crise des marchés financiers ! Il est temps de redonner tout le pouvoir aux citoyens.

Les révolutions populaires secouent aujourd’hui plusieurs régimes dans le monde et représentent un espoir historique, car elles sont susceptibles de le transformer. Manifestement, les peuples n’ont pas comme seul pouvoir de choisir leurs maîtres : unis, les citoyens ont leur destinée en main.

Mais toute révolte doit s’accompagner de propositions politiques.

Comment organiser les choses pour que la transition rapide vers un régime réellement démocratique soit l’œuvre des citoyens eux-mêmes, sans récupération possible par une caste dirigeante ou par des intérêts particuliers ? Comment, autrement que par la convocation d’une assemblée constituante ?

Dans ce but, nous, signataires de cet appel, nous engageons à travailler à la création de cette Assemblée Constituante, couronnement d’un processus dont le rôle est d’écrire les nouvelles règles d’un régime plus juste et plus humain capable d’amener des solutions aux urgences démocratiques, sociales et environnementales auxquelles nous devons faire face.

Nous visons la mise en place, par le peuple et pour le peuple, d’un processus constituant le plus transparent, le plus participatif et le plus démocratique possible. Une Constitution écrite par et pour le peuple.

Dans un esprit de rassemblement de toutes les composantes du corps social, nous voulons recueillir le soutien de tous les membres des organisations (partis, syndicats et associations) qui se sont déjà prononcées en faveur de cette construction.

Ce travail, long et difficile, demande, partout dans le pays, l’engagement des citoyens eux-mêmes, c’est à dire leur participation aux débats qui doivent précéder la création de cette Assemblée. Des collectifs locaux doivent s’organiser. Il en existe déjà.

En lançant, en relayant et en signant le présent appel, nous nous engageons à travailler, sans nous séparer, à ce nouveau contrat social, et acceptons d’être régulièrement informés de son avancement jusqu’à ce que l’Assemblée Constituante soit convoquée.

http://www.assemblee-constituante.fr

mardi 13 septembre 2011

Contre la répression la solidarité est notre arme! Soutenons Giorgos le 22 Septembre

Contre la répression la solidarité est notre arme

Soutenons Giorgos le 22 Septembre (14h au Tribunal Correctionnel de Montpellier), syndicaliste CNT poursuivi pour refus de prélèvement ADN suite à une banale arrestation sans suites lors du mouvement social sur les retraites de 2010.


Le 21 Octobre 2010, dans le cadre de l’intensification de la lutte contre la casse des retraites de l’automne dernier, le collectif interprofessionnel contre la réforme des retraites, a décidé d’occuper partiellement l’Agence Pôle Emploi de l’avenue de Toulouse à Montpellier.

A cette période, le mouvement se radicalisait et les actions de blocage de l’économie s’intensifiaient, se généralisant dans tout le pays. Durant cette même période l’État a décidé de passer à la contre-offensive. S’appuyant sur les discours de médias qui parlent des « casseurs » ou qui inventent une autre catégorie de « casseurs » (celles et ceux qui bloquent), le premier ministre condamne « l’intimidation, les blocages et la violence » synonyme selon lui de « négation de la démocratie et du pacte républicain ». Et le porte parole du gouvernement assure que celui ci « ne laissera pas bloquer le pays par les piquets de grèves. »

Lors de cette action, des tracts ont été diffusés afin d’informer et de mobiliser les chômeurs et chômeuses comme les salarié-e-s du Pôle Emploi. Les discussions ont permis de nouer des contacts. Il a été décidé par la suite de partir en manifestation sur l’avenue de Toulouse.

Au bout de 5 minutes et après avoir parcouru environ 300 mètres, tout d’un coup (sans la moindre sommation) au moins deux voitures de la Police ont fondu sur le cortège. Simultanément, plusieurs policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) ont violemment chargé les manifestant-e-s distribuant des coups de matraque. Les policiers ont arrêté et mis en garde à vue 5 personnes au total. Parmi elles, Giorgos, syndicaliste à la CNT, militant à la Coordination des Groupes Anarchistes, participant au mouvement social contre la réforme des retraites, a été arrêté.

Aucune charge n’a été retenue suite à l’action. Les 4 personnes arrêtées avec Giorgos ont été relâchées sans poursuites. Il en aurait été de même pour Giorgos s’il avait accepté de se soumettre au prélèvement ADN. Ce « crime » est passible d’1 an de prison ferme et de 15000 euros d’amende. Son opposition au contrôle social, s’est traduit ici par un refus de fichage génétique. Pour justifier les poursuites les policiers ont inculpé Giorgos pour port d’arme de 6ème catégorie : un « Opinel » lui servant pour le pique-nique !

En fait ce n’était qu’une arrestation parmi des milliers d’autres pendant cette période. Depuis des années l’État organise la restriction de nos libertés et vise celles et ceux qui lui résistent en votant des lois : la LSQ (Loi sur la Sécurité Quotidienne) – la Loi Perben I - LSI (Loi sur la Sécurité Intérieure) – la Loi sur la prévention de la délinquance... et dernièrement la LOPSSI 2. Devant cette surenchère de lois criminalisant le mouvement social, il est nécessaire de s’organiser face à la répression et de défendre nos libertés. Le procès de Giorgos est prévu le jeudi 22 septembre au Tribunal Correctionnel de Montpellier.

Nous demandons à toutes et à tous de venir ce jour-là soutenir Giorgos pour montrer notre opposition à la criminalisation du mouvement social et à la surenchère sécuritaire.


CNT 34

Publié le 7 septembre 2011.

mardi 28 juin 2011

222 ans après le serment du jeu de paume... Tous Ensemble jusqu'à la Constituante!

                              Appel du 20 juin 2011


                                 Assemblée Constituante, maintenant!


 



                                                  Signer la pétition   -   Voir les signataires


 



Assez!
Assez des confiscations de la démocratie!
Non et non aux diktats des agences de notations qui veulent voir les peuples payer pour la crise des marchés financiers!
Il est temps de redonner tout le pouvoir aux citoyens.

Les révolutions populaires secouent aujourd’hui plusieurs régimes dans le monde et représentent un espoir historique, car elles sont susceptibles de le transformer.
Manifestement, les peuples n’ont pas comme seul pouvoir de choisir leurs maîtres : unis, les citoyens ont leur destinée en main.

Mais toute révolte doit s’accompagner de propositions politiques.

Comment organiser les choses pour que la transition rapide vers un régime réellement démocratique soit l'œuvre des citoyens eux-mêmes, sans récupération possible par une caste dirigeante ou par des intérêts particuliers ?

Comment, autrement que par la convocation d'une assemblée constituante?

Dans ce but, nous, signataires de cet appel, nous engageons à travailler à la création de cette Assemblée Constituante, couronnement d'un processus dont le rôle est d'écrire les nouvelles règles d'un régime plus juste et plus humain capable d’amener des solutions aux urgences démocratiques, sociales et environnementales auxquelles nous devons faire face.

Nous visons la mise en place, par le peuple et pour le peuple, d'un processus constituant le plus transparent, le plus participatif et le plus démocratique possible. Une Constitution écrite par et pour le peuple.

Dans un esprit de rassemblement de toutes les composantes du corps social, nous voulons recueillir le soutien de tous les membres des organisations (partis, syndicats et associations) qui se sont déjà prononcées en faveur de cette construction.

Ce travail, long et difficile, demande, partout dans le pays, l'engagement des citoyens eux-mêmes, c'est à dire leur participation aux débats qui doivent précéder la création de cette Assemblée. Des collectifs locaux doivent s’organiser.
Il en existe déjà.

En lançant, en relayant et en signant le présent appel, nous nous engageons à travailler, sans nous séparer, à ce nouveau contrat social, et acceptons d’être régulièrement informés de son avancement jusqu’à ce que l’Assemblée Constituante soit convoquée.


http://assembleeconstituante.fr

 


                                        Signer la pétition - Voir les signataires

mardi 24 mai 2011

Bon, ça bouge ! Yes we camp...



Comme en Espagne, dans pas mal de villes françaises des gens se regroupent
pour occuper des places, et y camper, afin de demander, et d'organiser dès
maintenant pour le temps qu'ils pourront, une démocratie réelle.


LUNDI 23 MAI :

PARIS : 19h à la Bastille ou à la Concorde
TOULOUSE : Campement permanent Place du Capitole
PERPIGNAN : Campement permanent Place République
NANTES : 16h, Place Royale
GRENOBLE : 20h, Place Victor Hugo
BORDEAUX : 19h, Place de la Comédie
LYON : 19h, Place Bellecour
MONTPELLIER : 18h, à l'esplanade

MARDI 24 MAI :

TOULOUSE : Campement permanent Place du Capitole
PERPIGNAN : Campement permanent Place République
LYON : Campement permanent Place Bellecour
PARIS : 19h à la Bastille
GRENOBLE : 20h, Place Victor Hugo
MONTPELLIER : 18h à l'esplanade

MERCREDI 25 MAI :

TOULOUSE : Campement permanent Place du Capitole
PERPIGNAN : Campement permanent Place République
LYON : Campement permanent Place Bellecour
BAYONNE : 18h, Place de la Mairie + campement
CLERMONT-FERRAND : 14h, Place de Jaude
GRENOBLE : 20h, Place Victor Hugo
MONTLUçON : 14h, Place Piquand
MONTPELLIER : 18h à l'esplanade
PARIS : 19h à la Bastille
RENNES : 19h, Place de la Mairie

SAMEDI 28 MAI :

AMIENS : 15h, Campement devant l'académie
LILLE : 12h, Place de la République
MARSEILLE : 15h, Vieux Port, Campement !

DIMANCHE 29 MAI :

PARIS : 14h, Place de la Bastille grand rassemblement populaire on prend la
Bastille.
MARSEILLE : 15h, Vieux Port, Campement !

Plus d'informations sur http://reelledemocratie.com/

samedi 22 janvier 2011

Islande, Tunisie, France, Egypte... Un groupe de travail pour échanger sur le projet d'une Assemblée Constituante.

dimanche 28 novembre 2010

Appel de la 2ième rencontre nationale des AGs interprofessionnelles



Le fait que la loi sur la réforme des retraites soit promulguée ne change rien à son caractère injuste, et ne donne pas légitimité à une réforme rejetée par la majorité de la population.

La grève générale, seule à même d’inverser le rapport de forces, n’a pas eu lieu, mais la volonté de résistance ne s’est pas éteinte.

Cette résistance s’inscrit dans une perspective de lutte plus large et plus globale contre une politique et un système inégalitaire.

Nous sommes conscients que cette lutte revêt une dimension internationale et que la solidarité est notre force.

Des assemblées générales interprofessionnelles, des intersyndicales locales ouvertes, des collectifs de lutte, etc. ont, dans des dizaines de localités, permis de s’organiser, ensemble, à la base, syndiqués et non syndiqués, travailleurs, chômeurs et étudiants, des lycéens aux retraités. C’est un acquis important de la lutte.
Et si la notion d’assemblée générale appartient aux moments de lutte et de grève, il est primordial que les liens tissés se maintiennent et que, parfois sous d’autres formes, les espaces créés localement se prolongent.


Ce 27 novembre, les délégués de 23 ags interpro et autres collectifs de lutte, réunis à Nantes, appellent :

- A se saisir du mardi 14 décembre, où la grève générale est annoncée en Guadeloupe, pour une journée d’action.

- A une nouvelle journée d’action à définir le samedi 15 janvier 2011.


C’est le Collectif Unitaire Interpro et Citoyen de Chambéry qui accueillera, le 22 janvier 2011, la troisième rencontre hexagonale.

Toutes les informations sur le site : onnelacherien.org

samedi 27 novembre 2010

Chambéry. Pour les cœurs tendres du noyau dur, ensemble c’est tout

Enquête. Portraits d'une France en révolte, sur le site internet de l'Humanité

La casse des retraites est votée
et promulguée, mais, dans la capitale
de la Savoie,
certains refusent
de rentrer au bercail. Ils sont sortis,
ils se sont trouvés,
ils ne se quittent plus. Douze heures dans
« Chambé » en lutte.

La Motte-Servolex, 10  h 45. Drôle d’endroit pour une rencontre. Dans la périphérie de Chambéry, la Maison de l’entreprise, siège du Medef local, trône juste en face du cimetière. Terrible lapsus géographique et politique : « Du boulot au caveau », comme l’ont dénoncé dans tout le pays les opposants à la contre-réforme des retraites, nous y sommes, littéralement ! « Moi, c’est ceux qui sont là devant que j’aimerais voir là derrière », grommelle un cheminot à la retraite, désignant tour à tour les patrons et les tombes. Mardi matin, à l’occasion de leur premier rendez-vous pour la journée nationale d’actions, une cinquantaine de militants occupent une fois de plus le terrain, pour le symbole. Alors que, au plus fort du mouvement, les manifestations ont rassemblé jusqu’à 15 000 manifestants dans cette ville de 60 000 habitants et que, pendant des semaines, les opérations de « blocage économique », les « péages gratuits », les assemblées générales ont été quotidiens, la tension est retombée, c’est indéniable. L’heure de la retraite aurait sonné, alors ?

Clic sur l'image pour aller lire la suite :)





Blog du collectif : www.chambeenlutte.lautre.net/

mercredi 24 novembre 2010

Une guerilla sociale durable...

Pour Philippe Corcuff, maître de conférences de science politique à l’Institut d’études politiques de Lyon et membre du Conseil Scientifique d’Attac France, le mouvement social a déjà gagné, mais insuffisamment.

Lire la suite...

Grenoble 28 novembre: bilan/perspectives de la mobilisation sur les retraites

Journée de bilan/perspectives de la mobilisation sur les retraites

L’AG Interluttes de résistance au hold-up des retraites appelle à faire une journée conviviale et ouverte à tou-te de bilan/perspectives à propos de la mobilisation sur les retraites. Ce sera un bilan d’étape, parce que nous avons l’intention de continuer, ni dans les mêmes mesures, ni au même rythme : d’autres réformes injustes sont en effet à prévoir et il est important de se tenir prêt-e pour la suite.

Les portes seront ouvertes dès 9h30 afin de commencer à travailler à 10h.

Il s’agira de faire le bilan politique et personnel de ce qui s’est déroulé au cours des deux derniers mois : organisation (ce qui a été fait, ce qui aurait pu être fait), actions (idem), information (idem). Les points positifs seront abordés, les points négatifs aussi, parce qu’il est nécessaire de se remettre en question, pour mieux avancer les prochaines fois.

Lire la suite...

Au Havre, on s’organise pour se battre sur le long terme contre l’injustice sociale.

Au Havre, contre les injustices, on ne lâchera rien !

2500 personnes manifestaient au Havre le 23 novembre, mais l’écho des grandes mobilisations résonne encore à la Porte océane. L’intersyndicale CGT, CFDT, FSU, Solidaires s’organise pour se battre sur le long terme contre l’injustice sociale.


« Les prochaines réunions de l’AG interprofessionnelle débattront du bilan à tirer des responsabilités des uns et des autres dans notre échec à empêcher la promulgation de la loi », annonce le Havre de Grève n°20. En attendant de tout mettre sur la table, l’action continue.

L’assemblée générale du Havre sort par exemple de l’agglomération pour soutenir l’action des salarié-e-s de Cooper. L’usine de Bolbec est menacée de fermeture pour la fin mars 2011. 316 emplois sont dans le collimateur.

La suite en ligne ici

L'AG de Nîmes anime la manif du 23 novembre

Midi Libre - édition du mercredi 24 novembre
Mille manifestants encore prêts à en découdre
DR

Retraites: Mille manifestants encore prêts à en découdre

C'était parti pour être une manifestation sans relief. Un au revoir à la rue ennuyeux. Un millier de manifestants seulement, avec un gros bataillon de Cévenols teigneux qui se qualifient désormais de   « morpions » (1), avaient répondu hier après-midi à Nîmes, à l'appel de l'intersyndicale CGT, CFDT, Unsa, CFTC et FSU. Rien de comparable donc avec la mobilisation de ces dernières semaines contre la réforme des retraites.

Sauf qu'hier, il a suffi d'une action parallèle à la manifestation traditionnelle pour que le défilé prenne, tout à coup, un relief inattendu. Un tout jeune collectif, dénommé AG de Nîmes, né le 2 novembre et composé   « de syndiqués et de non syndiqués frustrés par le formalisme syndical qui a entouré le mouvement social », a organisé un die-in  sur le parcours des manifestants. L'action consistait à mimer la mort en s'allongeant à terre, place Montcalm. Après quoi, le collectif, qui souhaite   « développer un nouvel esprit de résistance », avait décidé de pénétrer dans l'enceinte de la CCI.   « Pour nous, c'est le lieu du pouvoir économique », expliquait un des membres.

Une initiative qui, contre toute attente, a entraîné une grosse partie des manifestants, qui ne se sont pas contentés de rester devant l'enceinte de l'hôtel consulaire. Ils ont pénétré dans le hall en criant à tue-tête   « Tous ensemble, tous ensemble ! » devant des salariés médusés. Dans une ambiance bon enfant, ils ont ensuite repris en chœur plusieurs slogans de circonstance :   « Partageons les richesses ou sinon ça va péter » ; « De l'argent y en a dans les caisses du patronat » ; « Des jeunes dans la galère, des vieux dans la misère, de cette société-là on n'en veut pas... »

Évidemment, la tournure prise par les événements a donné un sacré coup de pub au jeune collectif qui se réjouissait d'avoir ainsi   « créé un appel d'air ». Une bouffée qui allait se répéter, quelques mètres plus loin, dans les locaux de la Maison de la Région, place des Arènes.

Quant à l'intersyndicale, un temps dépassée, elle a retrouvé ses troupes devant le Medef, boulevard Talabot, où elle avait prévu de dissoudre le défilé. Un lieu loin d'être anodin puisqu'il s'agissait, pour les syndicats, de rappeler au patronat que la question des retraites allait bientôt resurgir avec les prochaines négociations paritaires sur le niveau des pensions.   
 
SOURCE EN LIGNE

Et maintenant, on passe au Plan B !

Un texte émanant de l’AG interpro de la gare de l’Est.

Les différentes formes de mobilisations contre la réforme des retraites ont fédéré des millions de personnes, dans les rues, les actions, les blocages, les Assemblées générales.

Pour autant nous ne sommes toujours pas entendu par le gouvernement, complices des marchés, de leurs amis capitalistes et néolibéraux, tenant la plupart des médias, banques, entreprises...

Pour pouvoir guérir une maladie, il faut poser le bon diagnostic... Dans notre situation, il est important de réaliser que cette poignée de personnes est véritablement en guerre contre nous tous, salariés, précaires, étudiants, retraités...

Ils sont peu comparés au peuple mais leur force, la seule, réside en la solidarité de classe héréditaire et comme peut-en développer un groupe social menacé de disparition. Warren Buffet, 3e fortune mondiale en 2010, ne déclarait-il pas au New York Times, le 26 novembre 2006 : "C’est évidemment une guerre de classes, et c’est ma classe, celle des riches, qui la mène et qui est en train de la gagner".

Pourquoi ?

Lire la suite...

dimanche 21 novembre 2010

Signes de Résistance

Samedi 20 novembre 2010 à Tournus


La statue de Greuze emballée « FICELEE A LA SAUVETTE COMME NOS RETRAITES ! »


La bataille n'est pas terminée... En attendant la journée du 23, le statue de Greuze à Tournus participe à l'action, ficelée par un collectif formé de personnes de divers horizons, qui souhaitent que partout, et tous les jours, se multiplient les signes de la résistance.

vendredi 19 novembre 2010

Belle action le 11/11 à Nîmes pour se souvenir des morts au travail

Nous étions 60 (Comptés un par un) au monument du rond point Kennedy route d'Alès, pour commémorer non seulement les poilus envoyés à l’«abattage» mais également nos morts au travail.

Notre choix s’est porté sur le monument les «français libres», pour rappeler que ceux-ci, en plus d'avoir résisté à l'oppression, ont mis en place notre système social, retraites par répartition, sécu...

Des extraits du programme du conseil national de la résistance ont étés lus, ainsi que l’appel de 2004 des anciens résistants, des extraits de discours et de lettres d’anciens résistants qui appellent à la résistance aujourd’hui en 2010.

Le texte de loi sur la réforme des retraites a été brûlé. Une action «péage gratuit» a suivi.

Une grande diffusion de tracts d’appel à la résistance a eu lieu à l’occasion.

La Rochelle: le 11 novembre et les autres jours, la lutte continue

Bonjour de La Rochelle,


 
En pièce jointe,  une photo de notre groupe du Collectif de Lutte Rochelais, qui existe depuis le 23 septembre environ ; on n'est pas tous sur la photo, cette photo a été prise lors de notre dernière action  dans un colloque à La Rochelle le 15 novembre ; sinon on est entre 50 et 60, de tous bords, même des non-syndiqués, des simples citoyens et des lycéens, des étudiants.  On se réunit souvent en ce moment au local CGT de RHODIA, car ce sont des camarades  SUR DES BASES DE CLASSE,  avec eux, on retrouve des vraies valeurs de lutte et de fraternité. On filme TOUT.

Clic sur le pont pour la vidéo :)



jeudi 18 novembre 2010

Invitation à la 2ième rencontre nationale des AGs interpro à Nantes le 27 novembre

Chers camarades,
Vous trouverez ci-joint l'invitation à la seconde rencontre nationale des assemblées générales interprofessionnelles, intersyndicales élargies, collectifs et comités de lutte animant la contestation sociale depuis plusieurs semaines.
Vous trouverez également en fichier joint la proposition sur les modalités d'organisation de cette rencontre...

Lire la suite...

mercredi 17 novembre 2010

Un nouveau site pour le collectif retraites Manche-Sud

Vous le trouverez en cliquant sur l'image :-)

Site mis en ligne le 8 novembre 2011.

Blocage lundi soir d'un convoi Airbus

Ils s'étaient passés le mot, lundi soir, en se donnant rendez-vous au rond-point de la zone industrielle de Dumès, à la sortie de Langon, en direction de Bazas. Une soixantaine de manifestants s'étaient pressés sur les coups de 22 heures, pour barrer la route au passage du convoi d'Airbus qui transporte les éléments de l'A 380 depuis la plateforme de déchargement en bordure de Garonne à Langon jusqu'à Toulouse Aéroconstellation. Motif : le retrait de la réforme des retraites et l'exigence d'une retraite à 60 ans sans décote.

Un collectif départemental

À trois semaines d'intervalle, c'est la deuxième fois qu'une manifestation sur la voie publique bloque le passage du convoyeur. Le 25 octobre dernier, à l'initiative du collectif citoyen du Sud-Gironde et de l'Entre-deux-Mers, près de 70 personnes avaient réussi à retarder un convoi identique pendant une vingtaine de minutes, avant que les CRS ne les délogent. Lundi soir, l'appel avait été relayé par un collectif citoyen départemental dans lequel avaient pris place des représentants de l'intersyndicale, du front associatif, de la société civile et même des étudiants.

Majoritaires en nombre, des membres du collectif de Bassens, qui avaient réussi il y a quelques semaines à bloquer les dépôts de carburants au plus fort des mouvements de grèves, avaient ainsi choisi de rejoindre le sit-in nocturne de Langon.

La suite en ligne en cliquant sur l'image

mardi 16 novembre 2010

Pour défendre les retraites, gardons la flamme !

« La retraite aux flambeaux, Sarko au poteau et la soupe… aux poireaux ! » L’humour noir du slogan vedette de la manif nocturne organisée hier soir par l’AG interpro du Havre cachait mal le trouble causé par la perspective de la journée nationale « d’action » du mardi 23 novembre.

Clic sur la photo pour la suite en ligne :)



lundi 15 novembre 2010

Dijon - 14/11 : Le péage s’ouvre à "prix libre" en soutien aux grévistes.



Une trentaine de personnes a pris en main le péage de Dijon Sud pour la constitution d’une caisse de grève et pour le Mouvement Unitaire sur les Retraites à la Fac.
Source en ligne ici.

Le 15 novembre à Mellac

Ce lundi matin, une quinzaine de manifestants ont bloqué la base logistique d’Intermarché, à Mellac (Finistère).

Ils entendaient dénoncer la réforme des retraites, notamment.

Ils ont formé une barricade avec des palettes et des pneus et l’ont enflammée. Clic sur la photo pour lire la suite...

Retraites: à qui profite le crime?

Ce matin, répondant à l'appel de l'AG de Tours, des militants de l'AG interprofessionnelle de la Mayenne ont distribué un tract ("Retraites : à qui profite le crime ??!") au personnel du siège social du Crédit Agricole pour dénoncer les banques qui "ont provoqué la crise qui a servi à justifier la casse des retraites" et qui "veulent êtrte les premières à en profiter" en proposant des produits de retraite par capitalisation.


Le même tract a été distribué ensuite en centre-ville aux passants et aux automobilistes.

Caen: action symbolique contre la réforme des retraites le 11 novembre 2010

Une cinquantaine de personnes a bloqué symboliquement l'entrée du centre Paul Doumer (FNAC) à partir de 15h. Les manifestants distribuaient des tracts aux personnes qui voulaient y entrer ainsi que celles qui en sortaient par une porte dérobée. Le rassemblement s'est terminé vers 17h avec des actions antipubs.

Reportage et source en ligne en cliquant sur l'image:

dimanche 14 novembre 2010

A Montauban encore: Auchan bloqué un jour férié!

Contre la réforme des retraites et le travail les jours fériés.

Source en ligne en cliquant sur l'image...

A Limoges aussi: jour férié Carrefour bloqué

Clic sur l'image pour voir l'action du 11 novembre contre la réforme des retraites et le travail des jours fériés (texte et vidéo).

La loi brûlée à Chambéry

Une centaine de personnes issues du collectif «Chambé en lutte» a symboliquement brûlé… de faux textes de loi...

 

La réforme des retraites ayant été définitivement adoptée dans la nuit de mardi à mercredi, ils ont, un par un, jeté au feu une feuille portant l’heure à laquelle le texte est «passé».

  Les manifestants, parapluies en main, ont recouvert l’action du chant au refrain traditionnel : «60 ans, ça suffit, faut taper dans les profits» au son, notamment, du mégaphone.

Hommage aux morts avant la retraite le 11/11 à Nice

Un hommage rendu devant le siège d'une caisse d'assurance complémentaire.

Clic sur l'image pour aller voir le compte-rendu.

Et d'autres actions dans le 06 en cliquant sur cette seconde photo...

APPEL DES DISJONCTE(E)S



Depuis six mois, des millions de personnes ont défilé dans les rues des villes françaises pour dire non à la "réforme" des retraites, pour dire oui à une négociation qui pourrait sauver durablement le système par répartition sans faire porter tout le poids sur les épaules des salariés.

Sarkozy n'a rien voulu entendre.

Le gouvernement a réduit à peau de chagrin le débat qui s'est déroulé à l'Assemblée nationale, pilier de notre démocratie, et promulgué à la sauvette un texte censé marquer l'histoire du contrat social français.

A notre tour de faire la sourde oreille... de montrer que nous attendons autre chose que d'un air désolé il nous explique que la crise est la cause de toutes les inégalités et que d'un air réjoui il nous annonce qu'il sera le grand manitou des dirigeants du monde des 20.

Nous, citoyens en colère, dégoutés par la politique actuelle menée par le gouvernement, conscients qu'il nous faut rester mobilisés pour que notre voix à tous compte, appelons à

éteindre nos téléviseurs lors de la prochaine intervention télévisée de Nicolas Sarkozy.



Et pour ceux qui le souhaitent, éteindre les lumières durant au moins 5 minutes ou encore se retrouver sur la place des mairies pour boire un verre ou pour une retentissante "casserolade" !

Le Président n'entend pas les Français, ne l'écoutons plus.

13.11.2010

samedi 13 novembre 2010

Rendez-vous parisiens contre la réforme des retraites 15 et 17/11

Mariage du gouvernement et de la finance ce 11 novembre à Crest (26)

200 val Dromois ce 11 nov 2010 !

-pour marier la finance et le gouvernement
-pour enterrer le sarko-phage
-avec des balais pour virer les fossoyeurs de nos acquis sociaux
-avec  la solidarité des manifestants...  contre des boucliers fiscaux

tout ceci en musique ...avec les tambours du Trans express et  la technoparade

               l'UMP Mariton  était absent !

Le Havre le 11/11: sonnerie aux morts réglementaire et jets de fleurs.

Le 11 novembre, une cinquantaine de militant-e-s imperméabilisé-e-s est revenue à la charge pour rendre hommage aux gueules cassées du boulot.

Cliquez sur l'image pour un compte-rendu de l'action


Nantes: dépôt d'une stèle aux travailleurs morts avant la retraite

La cérémonie s'est tenue ce jeudi 11 novembre à 11 heures.

Bravant la pluie et les bourrasques, une centaine de personnes se sont retrouvées pour cet hommage aux morts du travail qui n'ont jamais atteint la retraite.

Un discours émouvant et plein de saine colère, la lecture d'un jugement prud’hommal édifiant sur un accident du travail (main broyée d'une ouvrière), cette cérémonie a permis de dénoncer, au grand jour, les méfaits quotidiens de l'organisation actuelle du travail.

Cette cérémonie a été filmée => vidéo sur Dailymotion

France bleu loire océan a fait un très bon reportage dans son journal de 18 heures, et du vendredi 12 à 9h. Le reportage d’Antoine Denéchère en mp3 (hébergé sur toofiles.com).

Cliquez sur l'image pour davantage de photos et d'informations.


vendredi 12 novembre 2010

Blocage du centre commercial Carrefour de Quimper le 11 novembre

Environ soixante-dix manifestants bloquent les accès du centre commercial Carrefour, à Quimper, depuis 9 heures ce jeudi matin.

Des caddies empilés et des feux allumés devant toutes les entrées. Environ soixante-dix manifestants bloquent les accès du centre commercial Carrefour, à Quimper, depuis 9 heures ce jeudi matin. Un mouvement à la fois contre la réforme des retraites et en solidarité aux hôtesses de caisses obligées, selon les manifestants, de travailler un jour férié. 



Les manifestants sont des membres du nouveau parti anticapitaliste (NPA), de force ouvrière (FO), de Solidaires, de la confédération nationale du travail et des militants non affiliés à aucune organisation. Pour l’heure, ils n’ont pas dit combien de temps ils comptaient maintenir leur blocage.

Aux abords du centre commercial Carrefour, la situation est assez désorganisée. Beaucoup de clients arrivant en voiture se contentent de faire demi-tour. Parmi eux, certains sont solidaires, d’autres non.


Dans la galerie commerciale, les commerçants indépendants sont très en colère. «Nous allons perdre toute la marchandise préparée ce matin», tempête le gérant de la cafétéria Casino. «Est-ce que c’est normal de bloquer l’entrée ? On y est pourquoi dans tout ça ?», l’appuie un boucher indépendant du centre.


Le directeur de Carrefour, Guy Le Goec, rappelle, lui, que «la vingtaine d’hôtesses de caisses qui travaillent aujourd’hui sont volontaires. Elles ont la possibilité de rattraper un jour et sont payées double.»


Les manifestants ont levé leur blocage devant Carrefour vers 12 heures
Les quelque soixante-dix manifestants qui bloquaient les accès du centre commercial Carrefour, à Quimper, depuis 9 heures ce jeudi matin, sont partis vers 12 heures. Ils s’opposaient à la fois à la réforme des retraites et au travail les dimanches et jours fériés. Dans la galerie commerciale, quelques commerçants indépendants n’ont toutefois pas attendu la levée du blocage. Et ont préféré, très en colère, fermer leur boutique pour la journée.
SOURCE EN LIGNE

Chambéry: jour ferié, Carrefour fermé ! 11/11/2010



L’inter­pro­fes­sion­nelle de Chambéry qui regroupe citoyens, orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les et poli­ti­ques a appelé à la mani­fes­ta­tion ce jeudi 11 novem­bre.

Le rendez-vous était donné à 11H devant le Carrefour de Bassens, en péri­phé­rie de Chambéry. 80 per­son­nes étaient pré­sen­tes pour s’expri­mer contre le tra­vail imposé les jours fériés et le diman­che. Diffusion de tracts, appe­lant à boy­cot­ter la grande dis­tri­bu­tion et échanges avec les consom­ma­teurs du diman­che étaient les mots d’ordre.

La mani­fes­ta­tion s’est impo­sée dans le centre com­mer­cial, d’abord devant les cais­ses avec les slo­gans « les jours fériés il faut fermer » « les cais­ses auto­ma­ti­ques il faut fermer, les cais­siè­res à temps plein faut embau­cher ». Puis le cor­tège a inves­tit les rayons du super­mar­ché, mani­fes­ta­tion intra­mu­ros pour une visi­bi­lité totale. Les sala­riés du Carrefour sur­pris par l’intru­sion de mani­fes­tants sur leur lieu de tra­vail ont glo­ba­le­ment bien réagi, sou­te­nant les slo­gans mais conti­nuant à tra­vailler sous le regard passif du direc­teur du maga­sin. L’action s’est ter­mi­née par un bar­rage fil­trant à l’entrée du par­king pour conti­nuer la dif­fu­sion de tracts. Soutien au poing levé ou vitres fer­mées les clients n’ont pas fait demi-tour pour autant.

L’inter­pro­fes­sion­nelle appelle à la mobi­li­sa­tion et à la mani­fes­ta­tion au flam­beau ven­dredi 12 à 18h30, Place des Éléphants à Chambéry."

Source Rebellyon.info

Le CRR 54 a brulé la loi

A Nancy,

Parce que depuis des semaines on bat le pavé contre la réforme des retraites, et contre toutes les attaques iniques du gouvernement et du Medef…

Parce qu’on ne cédera pas la rue aux militaristes, impérialistes, et autres nationalistes à la Besson, Hortefeux, et Sarkozy…

Ce 11 novembre la Chorale des Sans-noms a donné un concert de chants antimilitaristes. Le Collectif Résistance Retraite s'y est joint pour bruler la loi infâme.

L'appel : http://www.fsl-nancy.fr/spip.php?page=evenement&id_article=1443


Clic sur l'image pour voir la vidéo.


R ... Résistons !

A Béziers aussi la loi a été brûlée hier

Cliquez sur l'image pour aller voir un reportage photo sur la journée d'hier dans le biterrois.

jeudi 11 novembre 2010

Résistance 56: le 11 novembre 2010 à Vannes

Ce jeudi 11 novembre, nous étions une 30aine au rendez-vous de 11h, tous de noir vêtus avec des masques blancs, à braver la pluie et le vent.

 

4 lieux ont été ciblés, chacun ayant une symbolique particulière :

11h : Place des Droits de l'Homme (dans le quartier populaire de Ménimur, désert en cette journée pluvieuse). Discours, minute de silence et collage de l'affiche et du tract.

 

11h 30 : Devant les locaux d'Orange dans le centre ville huppé (tristement célèbre pour ses salariés suicidés) : collage, déploiement de la banderole du collectif, entretien et photo d'un journaliste de Ouest France invité pour l'occasion. ( La photo arrivera bientôt)

12h15 :  Dans la galerie commerciale de l'hypermarché Carrefour (Zone commerciale impersonnelle de nos périphéries urbaines) : dénoncer le travail des esclaves de la grande distribution... Tous les magasins étaient ouverts à l'exception de la pharmacie... Défilé silencieux avec la banderole et distribution du tract aux travailleurs et nombreux clients. Réception plutôt positive des travailleurs du commerce et des clients.


13h15 : Devant l'usine Michelin, 1er site industriel de l'agglomération vannetaise (dans une zone industrielle périphérique impersonnelle).

Déploiement de la banderole à côté du bibendum décoré pour l'occasion de l'affiche et collage de l'affiche.



Cliquez sur l'image pour aller voir le compte-rendu du 11 novembre du collectif Résistance 56

A Angoulême aussi!

A Angoulême aussi, on a brûlé la loi...

A Tours le 11 novembre

Le texte de loi a été brûlé, devant la préfecture, par une centaine de manifestant(e)s qui ont ensuite été déposer quelques cercueils devant le MEDEF local...

BEAU REPORTAGE PHOTO SUR L'ACTION ICI

Criminels de la guerre de classe, votre temps est compté

Aujourd’hui, dans notre mémoire, nous associons les morts de la guerre impérialiste de 14-18 pour le partage du monde aux morts sur le front de la guerre de classe. Chair à canons hier, chair à actions aujourd’hui au point que nombre d’entre eux n’atteignent  même pas le temps de la retraite, celui que le président des riches de notre pays a décidé de reculer.

A ceux dont les poumons ont été ravagés par les gaz de combat, nous associons tous ceux qui, pour les profits d’une poignée d’exploiteurs, ont vu leur vie s’éteindre prématurément :  mineurs silicosés, ouvriers et paysans décimés par les cancers de l’époque,  victimes programmés de l’amiante, des dérivés benzéniques, des pesticides et des champs électromagnétiques.

A ceux que les chefs de guerre, morts dans leur lit, envoyait remplir leurs objectifs, nous associons tous ceux qui n’ont pas supporté de voir leur vie réduite à des chiffres, volontairement inatteignables : les suicidés de France-Telecom, de Renault, d’EDF, de Pôle-emploi, de La Poste, de la BNP et d’ailleurs, ainsi que tous ceux qui meurent à petit feu de la machine à broyer les cœurs.

Aux criminels de la guerre de classe, nous voulons leur dire aujourd’hui que leur temps est compté.  Si nous brûlons symboliquement le texte de loi sur les retraites que le gestionnaire du MEDEF a promulgé à grande vitesse, une vitesse à la mesure de la peur ressentie face à un peuple debout, c’est pour leur signifier que cette loi, et toutes leurs autres lois que nous n’avons pas votées, nous les renverrons bientôt dans les poubelles de l’histoire.


mercredi 10 novembre 2010

Blocage à dourges ce matin



JPEG - 251.3 ko














Ce matin à partir de 4h15, une bonne centaine de militant-e-s de l’AG de Lille et des intersyndicales d’Arras et du Bassin minier ont bloqué les deux rond-points de la plateforme multimodale Delta 3 de Dourges.

Bonne ambiance au coin des feux, des camions bloqués, mais pas trop : les bretelles d’autoroute ont rapidement été fermées.

A 7h30, arrivée des flics en armure : on se replie dans la bonne humeur…

…pour mettre en route une opération escargot sur l’A1 en direction de Lille. Au bout de 3/4 d’heure à 10km/h le bouchon devait être pas mal puisque ça énervait beaucoup la police qui menaçait de mettre en garde à vue celles et ceux qui voulaient pas se ranger. Du coup on a accéléré un peu jusqu’aux carrefours du côté de Lesquin où une diff’ de tract a lieu en ce moment.

Prochaine action bientôt…

JPEG - 456.6 ko

   SOURCE EN LIGNE



     Autre source

Journée d'actions concertées à Rennes le 9 novembre: bilan

Mardi 9 Novembre, lors de la journée d'action des lycéens et étudiants contre la réforme des retraites, environ 200 personnes se sont retrouvées devant la gare. Le cortège a traversé bruyamment le contre commercial Colombia, faisant fermer toutes les boutiques sur son passage, pour se rendre à sa première destination, la société d'assurance Allianz.


Cette dernière propose déjà des formes de retraites par capitalisation et est parmi les premiers inspirateurs et bénéficiaires de la contre-réforme des retraites. Après une demi-heured'occupation des locaux, les manifestants se sont dirigés vers la CAF, une action d'occupation d'une institution chargée de la gestion de la précarité ayant été appelée par le MCPL, le SLB et l'AG de Rennes 2.

Cette occupation faisait écho à la grève des conseillers de Pôle-Emploi ce même jour. Les prises de parole qui s'y sont déroulées ont insisté sur le fait que la réforme des retraites va entraîner la dégradation des conditions de vie des plus précaires qui sont déjà soumis, à la CAF ou dans les Pôle-Emplois, à des mesures de contrôle, de chantage aux allocations et à des sanctions diverses...

Pour preuve la dernière mesure du gouvernement qui consiste à supprimer les allocations familiales de parents d'enfants absents à l'école ou celle touchant la non-rétroactivité des APL. Cette occupation s'est déroulée dans le calme, n'a entraîné aucune perturbation, si ce n'est celle du monopole institutionnel de la parole publique. Si la direction a décidé de fermer l'accueil et d'informer les allocataires que la CAF était dorénavant fermée, c'était dans le but évident d'interrompre le dialogue qui avait lieu entre les occupants et les allocataires. Cette même direction, après avoir refusé de répondre à nos demandes et de recevoir une délégation, a fait appel à la police pour nous déloger...

Rappel: Assemblée Générale Interprofessionnelle Jeudi 11 Novembre à la Maison de la Grève (Rue de la Barbotière, Rennes)
           

Bienvenue sur le site du (tout nouveau) collectif de citoyens de Millau !

A l'occasion de la manifestation du 28 octobre, de nombreux citoyens ont procédé à l'enterrement de la démocratie, assassinée sous le règne de Nicolas 1er, et ont appelé, devant la sous-préfecture, à la création d'un collectif de citoyens en lutte contre cette réforme des retraites.

 Une première réunion de constitution de ce collectif a eu lieu le lundi 1er novembre, avec une quarantaine de participants !
Le collectif a été créé : il s'agit avant tout de préparer des actions, par exemple en liaison avec le collectif de Saint-Affrique, afin de faire en sorte que dans notre région, le mouvement de colère provoqué par le mépris d'un gouvernement scélérat ne se limite pas aux simples manifestations de rues organisées par les intersyndicales. Nous voulons faire de ce collectif un lieu d'échange et de construction de la lutte entre des citoyens venus d'horizons différents, et nous vous appelons toutes et tous à venir nous rejoindre !!!

La SNCF veut saler la note pour les cheminots grévistes

Modalités de non-paiement des grèves: la direction de la SNCF occupée à Lyon


Plusieurs dizaines de cheminots ont occupé mardi les locaux de la direction régionale de la SNCF à Lyon pour protester notamment contre les modalités de non-paiement des jours de grèves dans le conflit des retraites, a-t-on appris auprès de Sud-Rail et de la direction.

"On était environ 200 ce matin, une centaine en fin de journée et on a occupé la direction régionale jusqu'à 16H00 (après avoir) pique-niqué dans les bureaux, les couloirs", a raconté Denis Minneboo, secrétaire régional de Sud-Rail.

LA SUITE EN LIGNE ICI

On espère qu'ils trouveront avec qui discuter. Ils ont peut-être retrouvé le gars que les cheminots de Douai recherchaient ;-)


Feuille de mobilisation de Béziers

Cliquez sur l'image pour télécharger le journal de l'interpro de Béziers :)

mardi 9 novembre 2010

A l'invitation de l'AG des AGs de Tours: 11/11 pas d'armistice pour les retraites

L’anniversaire du 11 novembre 1918 nous invite à commémorer le premier grand massacre fratricide des travailleurs européens (ouvriers, paysans, artisans, instituteurs...) jetés soudainement les uns contre les autres, par des gouvernements aveugles et cyniques dans une guerre mondiale rendue déjà féroce avec le commerce des armements modernes. Nous n’oublions pas ces victimes, dont le premier fut le grand pacifiste socialiste Jean Jaurès, assassiné avant le massacre des tranchées.

Cette année 2010, alors qu’un gouvernement de combat au service des marchés financiers veut démolir les retraites conquises de hautes luttes, nous associons la mémoire des morts de toutes les guerre à celles des morts en temps de paix, sur le front du travail. C’est une invitation de l’Assemblée générale des Comités interprofessionnels, intersyndicaux et intersecteurs en lutte, réunie à Tours le 6 novembre.

Lire la suite...

Un espace intermédiaire à occuper, celui d’une coopérative d’élaboration stratégique

Chercheurs en sciences politiques, Sophie Beroud et Karel Yon analysent à chaud, dans cet entretien, pour le site Contretemps, le  grand mouvement social de l' automne 2010.  Ils décrivent les principales caractéristiques de ces mobilisations, la manière dont elles s'articulent à un processus de transformation du champ syndical et pointent les questions stratégiques mises à l'ordre du jour par ces semaines de luttes.

Lire la suite...

Jusqu'ici...

Le numéro du 6 novembre du bulletin temporaire de liaisons dangereuses est disponible en téléchargement :)

Numéro DEUX - 24 pages - samedi 6 novembre 2010 <

Edito ; NANTES : Retraitement de choc ; LILLE : Des temps déterminants, des personnes déterminées ; STRASBOURG : C’est en interpro qu’on arrive à lutter ; CREUSE / EUROPE / LE HAVRE : Brèves ; LORIENT : Armes de dissuasion massive ; SAINT-LÔ / PARIS / MONTPELLIER : Brèves ; LYON : Instants d’ensemble ; RENNES : Ouvrons la boîte de Pandore ! ; RENNES : La maison de la Grève ; PARIS : Veolia aux ordures ; MONTREUIL / MARSEILLE / PARIS : Brèves ; BREST : La guerre du pétrole ; RODEZ / BESANÇON : Brèves ; LENS : Chronique d’un terrain minier ; AMIENS : L’âge de la déraison ; NANTES / CIEL / PARIS : Brèves ; PARIS : TIRU dans les brancards ; Pendant ce temps : Rroms / CIP-IDF


Téléchargement ici

Dans la Meuse, l'intersyndicale s'en prend au porte-feuille de l'Etat

« Toucher à l’argent de l’État »

L’Intersyndicale meusienne continue son action contre la réforme des retraites. Hier, à Verdun et Bar-le-Duc ce sont les radars qui ont fait office de messagers.

Cliquez sur l'image pour aller lire la suite...

A Caen, les forces de l'ordre retournent sur les bancs de la fac



SOURCE EN LIGNE ICI

Les lycéens manifestaient aussi au Mans, ce matin

8 h 30 ce matin, une cinquantaine de lycéens bloquaient le lycée Sud. Les CRS sont sur place pour permettre aux lycéens qui le souhaitent de pénétrer dans leur établissement.

8 h 30 ce matin, une cinquantaine de lycéens bloquaient le lycée Sud. Les CRS sont sur place pour permettre aux lycéens qui le souhaitent de pénétrer dans leur établissement. Dès 8 h ce matin, les lycées manceaux Yourcenar et Sud ont été débloqués par les CRS.

Source en ligne ici

Havre de grève n°18 - mardi 9 octobre 2010

Encore 15 000 à se mouiller
pour les retraites dans les rues du Havre

Le chiffre qui tue : 379 119 695
379 millions d’euros, c’est le montant des rémunérations 2009 de B. Arnault pour l’année 2009. On se demande comment le patron de LVMH fait pour dépenser tout ça dans l’année ... et si y sait pas, on a des idées.

Par ici, la thune !(bis)
L’association « havre de grève » a déposé ses statuts pour, en toute transparence, « soutenir les travailleurs salariés en grève par tous moyens légaux, collectes de fonds ... »
23000 euros ont déjà été collectés à la date du 8 novembre. La solidarité financière continue d’être importante. Envoyez vos dons et chèques à l’ordre de « havre de grève » 119 cours de la république

Lundi 15 novembre
Prochaine AG
17H à Franklin

Ils sont en grève
Les pompiers... de leur côté, les salariés de pôle emploi vont à Paris le 9 novembre

www.havredegreve.org

CGT-FSU-Solidaires-CFDT

Le 6 novembre : mouillés mais pas fatigués

La manifestation a réuni 15 000 manifestants amphibies malgré une pluie bat tante. Nous avons fait cette fois encore la démonstration de notre détermination à résister à cette loi illégitime.
L’Assemblée Générale réunie ce lundi 8 novembre exige des confédé rations syndicales l’organisation d’une manifestation nationale à Paris avant fin novembre et la tenue d’états généraux des AG interprofes sionnelles de toutes les villes de France.

L’heure n’est pas à la résignation !

Le 6 novembre, à Tours se sont réuni-e-s les délégué-e-s mandaté-e-s ou observateurs/trices de 25 Assemblées Générales interprofessionnelles ... de lutte ... intersyn- dicales...etc..., de Laval, Le Havre (3 observateurs étaient présents), Angers, Béziers,Saint Etienne, Roanne, Chambéry, Nantes, Angoulême, Cognac, Bayonne, Chinon, Nîmes, Tours, Saint Denis, Rouen, Champigny, Paris-Est, Paris-Centre, Paris Ve/XIIIe, Paris XXe, Vannes, Lille, Grenoble et Nancy (sont excusées les villes de Aubenas, Agen, Brest, Rennes, Montpellier et Sarlat).
La réunion de Tours a rédigé une déclaration publique qui se terminait ainsi : « Nous appelons à faire front contre la répression qui frappe de plus en plus brutalement celles et ceux qui participent au mouvement social. Nous avons tenu cette réunion nationale pour commencer à discuter entre nous, à nous coordonner et à mener des actions communes. Nous appelons celles et ceux qui luttent à se réunir en Assemblées générales s’il n’y en a pas encore dans leur localité. »
L’intégralité du texte est disponible sur le site du havre de grève.
Elle appelait à une prochaine rencontre nationale à Nantes le samedi 27 novembre, ainsi qu’à de nouvelles actions le 11 novembre - pour l’abrogation du projet de loi et en hommage aux morts au travail avant la retraite - et le 15 novembre.

Les actions annoncées au Havre :

Jeudi 11 Novembre - 9H :

RdV sur la passerelle du bassin du commerce pour rendre hommage aux « gueules cassées » du boulot et aux morts au travail d’hier et de demain. Amenez vos fleurs des champs !

Lundi 15 Novembre -18H (après l’AG)

départ de franklin avec flambeaux et lanternes pour enterrer la loi à la sous préfecture

Violente répression policière mardi matin à Grenoble

Ce mardi 9 novembre, à la suite du blocage de plusieurs lycées grenoblois à l’appel de l’Inter-lycées, une manifestation a réuni des étudiants et des lycéens cours Jean-Jaurès. Le cortège d’environ 200 personnes, s’est dirigé vers la Porte de France. Nous avons organisé un barrage filtrant pour discuter avec les automobilistes dans le calme et sans provocations. Depuis le début cette action était sous forte surveillance policière...

Un lycéen blessé...

La suite en ligne ici

Le conseil constitutionnel valide une loi rejetée par 70 pour cent des français

Le 9 novembre 2010, par sa décision n° 2010-617 DC, le Conseil constitutionnel a statué sur la loi portant réforme des retraites dont il avait été saisi par plus de soixante députés et plus de soixante sénateurs. Ceux-ci contestaient la conformité à la Constitution des deux mesures d'âge figurant dans la loi : report de 60 à 62 ans de l'âge d'ouverture du droit à une pension de retraite et de 65 à 67 ans de la limite d'âge ouvrant droit à une pension de retraite sans décote. Ils contestaient également la procédure législative dans son ensemble.

Le Conseil constitutionnel a rejeté l'ensemble de ces griefs. Il a jugé les articles contestés de la loi portant réforme des retraites conformes à la Constitution. Il s'est borné à censurer les articles ajoutés par amendements, relatifs à la réforme de la médecine du travail, qui n'avaient pas de lien avec le projet de loi initial.

En premier lieu, le Conseil constitutionnel a écarté les griefs de procédure soulevés par les requérants. Il a notamment jugé que la décision du président de l'Assemblée nationale d'interrompre les explications de vote n'a pas porté atteinte aux exigences de clarté et de sincérité du débat parlementaire.

En deuxième lieu, le Conseil constitutionnel a relevé que le législateur s'est fixé comme objectif de préserver le système de retraite par répartition. À cet effet, il a pu fixer à 62 ans l'âge minimum de départ à la retraite. Il n'a méconnu ni le principe d'égalité ni l'exigence constitutionnelle relative à une politique de solidarité nationale en faveur des travailleurs retraités.

En troisième lieu, le Conseil constitutionnel a jugé que le report de 65 à 67 ans de la limite d'âge ouvrant droit à une pension sans décote n'est pas contraire au principe d'égalité entre les femmes et les hommes. Cette règle leur est commune. De plus, des dispositions particulières prennent en compte notamment la situation des parents ayant élevé trois enfants.

En quatrième lieu, le Conseil constitutionnel a jugé que les articles 63 à 75 de la loi relatifs à la réforme de la médecine du travail, ajoutés par amendement, n'avaient pas de lien avec le projet de loi initial. Ils constituaient donc des « cavaliers législatifs ». À ce titre, le Conseil les a déclarés contraires à la Constitution. 

SOURCE EN LIGNE

Il encore temps !


 
La loi concernant la réforme des retraites sera promulguée d'un jour à l'autre par le président de la république.
 
Il est encore temps de lui envoyer un message pour dire ou redire votre refus d'application de cette contre réforme injuste en écrivant à :
 
 

lundi 8 novembre 2010

Message des Syndicats de Unions Locales CGT d’Auchel-Béthune-Bruay-Isbergues-Lillers.

Les Syndicats de Unions Locales CGT d’Auchel-Béthune-Bruay-Isbergues-Lillers.

Dans l’unité d’action depuis 8 mois!
Nous nous adressons à la population !

À ceux qui ont ou pas un travail !

A ceux qui se lèvent tôt pour faire vivre leur famille !

POUR NOUS C’EST 60 ANS, UN POINT C’EST TOUT ET C’EST POSSIBLE !

Lire la suite...

Le mouvement social est légitime et conforté

Déclaration commune des organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA

Après plusieurs semaines de mobilisation et malgré les moyens déployés par le gouvernement pour tenter d’accréditer l’idée que « la page retraite » est tournée, ce sont 1,2 million de salariés qui ont manifesté le 6 novembre dans 243 villes contre cette réforme des retraites injuste et inefficace.

Si chacun a conscience que la loi sur les retraites est susceptible d’être promulguée dans les prochains jours, l’heure n’est pas à la résignation. Les organisations syndicales continueront d’agir pour la réduction des inégalités, une véritable reconnaissance de la pénibilité et d’autres alternatives pour le financement du système de retraites par répartition. Elles réaffirment leur attachement au maintien de l’âge légal de départ en retraite à 60 ans et de l’âge du taux plein à 65 ans.

Elles constatent que la situation économique et sociale reste très dégradée et toujours préoccupante pour les salariés, les retraités, les chômeurs et les jeunes qui subissent toujours durement les conséquences d’une crise qui dure.

Les organisations syndicales considèrent que la mobilisation d’un niveau exceptionnel depuis plusieurs mois a mis en lumière l’insatisfaction criante des salariés et leurs revendications en matière d’emploi, de salaires, de conditions de travail, d’inégalité entre les femmes et les hommes, de fiscalité et de partage des richesses. Elles décident d’approfondir leurs analyses et propositions sur ces questions afin d’interpeller le gouvernement et le patronat.

Les organisations syndicales décident de poursuivre la mobilisation dans l’unité en faisant du 23 novembre une journée nationale interprofessionnelle de mobilisation par des actions multiformes. Ces actions doivent répondre aux préoccupations des salariés et permettre la participation du plus grand nombre. Elles demandent aux organisations territoriales et professionnelles d’en préciser les modalités (rassemblements, manifestations, meetings, arrêts de travail…).

Des initiatives dans les territoires et les entreprises sont déjà prévues. Les organisations syndicales veilleront à assurer leurs réussites.

Les organisations syndicales s’engagent dès à présent à participer activement à la journée d’action Européenne du 15 décembre pour s’opposer aux plans d’austérité qui se multiplient en Europe.

Les organisations se reverront le 29 novembre 2010.

Le comportement du 4ième pouvoir

Le contrôle de l'information est encore une fois déterminant dans la bataille en cours. L'analyse du fonctionnement des médias est indispensable. Sur le dossier des retraites, à signaler l'excellent décryptage du Site ACRIMED.

Complet, efficace, pertinent... Plusieurs actions sont même proposées. Clic sur l'image.

- page 1 de 9